Aller au contenu

La conception Architecturale

Maîtrise d'usage

Le Code des Marchés Publics donnent la marche à suivre pour la conception architecturale. Elle est utilisée d'une façon plus générale au delà des seuls marchés publics, avec quelques simplifications au niveau des contraintes.

Cette démarche permet en tout cas de préciser à quel moment les architectes, les bureaux d'études, les concepteurs, ... peuvent faire appel à l'ergonomie dans leur projet :

- soit très en amont du projet, de manière à récolter les futurs besoins des utilisateurs des espaces (employés, clients, ...) et de pouvoir élaborer les différents scénarios d'utilisation des locaux, des surfaces, des espaces, ...

- soit au plein coeur des activités de conception, au moment de faire des choix entre les différentes solutions envisagées, pour favoriser la simulation des différentes solutions grâce aux scénarios élaborés lors des analyses ergonomique en amont du projet, et de retenir celles qui satisfera le maximum de critères.

Notre intervention, en particulier en conception architecturale, se situe au niveau de la maîtrise d'usage :  elle intervient en amont du projet initial (phase d’implémentation), puis en aval dans la phase opérationnelle une fois le dispositif mis en œuvre (avec la prise en compte des modalités d’organisation, d’utilisation et de gouvernance qui sous-tendent son efficience).

Dans la phase d’implémentation, la maîtrise d'usage se manifeste par l’association de l’utilisateur sous différentes formes :

  • expression du besoin initial ;
  • prise en compte du contexte de travail et de l’environnement de l’usager ;
  • intégration de ses pratiques et manières de faire ;
  • prise en compte de ses besoins et de ses attentes ;
  • détermination des impacts technologiques et sociaux de la solution envisagée ;
  • fixation des besoins de formation et d’accompagnement ;
  • association de l’utilisateur aux phases de conception, de design, de test et de recette.

Dans la phase de fonctionnement opérationnel, la maîtrise d’usage prend en compte les trois aspects suivants :
  • formalisation de l’organisation (définition des rôles et des compétences) ;
  • définition des bonnes pratiques ;
  • formalisation de la gouvernance ;
  • implication managériale.

En tant que démarche de mesure, la maîtrise d’usage a pour finalité d’évaluer par le biais d’indicateurs qualitatifs et quantitatifs. Ces derniers peuvent porter :
  • l’utilisation du dispositif concerné ;
  • les pratiques et les usages ;
  • le degré de satisfaction de l’usager ;
  • les adaptations et les évolutions nécessaires.
Contrairement à certains propos, la maîtrise d'usage n’a pas vocation à constituer un contre-pouvoir. Il n'appartient pas aux utilisateurs finaux de déterminer les termes du projet, ni de prendre les décisions ou se substituer aux autres acteurs, mais de formuler et formaliser leurs besoins. Ce travail produit comme un cahier de préconisations qui se joint ou s’intègre au cahier des charges technique du projet.

Retourner au contenu